Mission février mars 2012

Publié le par administrateur

Mission de Jean-Marie Wisniowicki, Anne-Marie Mignet

et Jean-Louis Renaud (du 15 février au 3 mars)

Vous trouverez ci-dessous

1/ CR d'Anne Marie : LA SAISON DES PLUIES A LOKARO

2/ CR de Jean-Louis RENAUD du 15 février au 3 mars 2012

3/TÉMOIGNAGE DE JEAN-MARIE

4/CR mission de reconnaissance de Stéphanie

 


1/LA SAISON DES PLUIES A LOKARO

CR d'Anne Marie

 

LOKARO-OCT2011.jpg

Séjour fort en émotions intenses… J’ai pleuré 2 fois… A notre arrivée, l’annonce de la mort de Dila m’a beaucoup affectée. C’était un petit garçon si vivant ! J’ai passé beaucoup de temps avec lui dans mes précédents séjours et nous jouions souvent ensemble… il me rejoignait chaque fois qu’il me savait seule et disponible ! Intelligence très vive, je me réjouissais de l’accueillir bientôt dans notre école… La vie et l’énorme demande de tous les autres nous fait vite prendre la mesure de notre tristesse… Je n’ai pas eu besoin de me poser de questions sur l’utilité de ma présence là-bas durant ce séjour… Tous mes projets sont remis en cause par l’urgence du moment !

 

LA SANTÉ !

Cette saison des pluies est caractérisée par une recrudescence phénoménale du paludisme ! Même notre docteur Myriam a due être hospitalisée et a raté une des ses interventions.. Myriam était à Lokaro le 2 février, Dila est mort le 4 février… C’est incompréhensible qu’elle n’ait pas été mise au courant… Cela nous fait nous interroger sur notre action et sur la population à qui elle s’adresse… Nous ne sommes pas suffisamment organisés pour soigner tous les habitants de la presqu’île… Myriam vient une journée par quinzaine.

Le docteur Myriam était là le 23 février. Elle avait reçu 40 tests et soins (paludisme) du ministère de la santé. Nous avons donc commencé ensemble le dépistage systématique et elle m’a laissé la tâche de continuer pour la suite de mon séjour, ce que j’ai accepté ! Lorsque je suis partie de Lokaro le 14 mars, il restait 4 tests et presque tous ceux que nous avons utilisés étaient positifs ! Les enfants ont été soignés : 3 comprimés 3 jours de suite. Le traitement est simple et efficace. Il aurait pu sauver Dila ! Nous avons discuté avec Myriam de la limitation de notre action. Nous sommes à peu près tombées d’accord sur le fait que nous privilégions les enfants de l’école et que nous intervenons dans les cas d’urgence sur le reste de la population… Lorsqu’il ne s’agit pas d’urgence nous orientons les personnes vers le dispensaire de Mandromodromotra. Tous les centres de santé ont reçu les tests et soins gratuits pour le paludisme…

Lors de sa visite du 23 février, nous avons reçu en fin de journée une maman et son bébé : Myriam diagnostique une gastro avec déshydratation… nous décidons de l’hospitaliser à Fort-Dauphin : Myriam paiera tous les frais et nous la rembourserons. Nous avons sauvé ce bébé et la maman est venue nous remercier avec 2 noix de coco. J’ai payé à Myriam tous les frais médicaux (environ 40 000 ariarys) et elle a gardé à sa charge les frais de nourriture de la maman et du bébé pendant la durée du séjour à l’hôpital. A Madagascar les soins hospitaliers ne sont pas gratuits et les malades ne sont pas nourris pendant leur hospitalisation. Ce qui explique que les plus pauvres ne font pas la démarche d’aller se faire soigner et qu’ils meurent abandonnés. Ce qui n’était pas le cas de Dila qui de toute façon aurait dû être pris en charge. Gervais est parti à Fort-Dauphin à pied avec Dila sur son dos. A son arrivée chez le docteur celui-ci l’a aussitôt fait hospitaliser mais c’était trop tard ! Durant notre séjour, 2 autres enfants sont morts : 1 à Itapera et 1 à Vatoroka. Nous avons pu distribuer aux mamans de jeunes bébés des farines pré-cuites offertes par Monsieur WORETH de la boutique « GEM LA VIE » de Saint-Leu : cet aliment semble faire des miracles auprès des bébés en cours de sevrage et ceux qui sont sous nutris. Merci donc à tous ceux qui oeuvrent et aident.

 

RÉFLEXIONS À CE PROPOS

 Cette expérience de proximité nous a fait prendre conscience de la fragilité de la vie dans cette presqu’île de Lokaro. Nous avons aussi eu connaissance (la veille de notre départ) de la présence d’un guérisseur à Vatoroka qui est le papa d’un de nos élèves (Didier). Notre conversation avec Myriam s’est orientée vers ce sujet également… C’est étonnant de voir combien certaines informations ne nous arrivent pas… Je pense qu’une enquête sera nécessaire pour aller rencontrer toutes les personnes qui soignent et voir comment nous pouvons œuvrer ensemble si c’est possible ! Myriam pense que notre action peut être mal ressentie par les guérisseurs… donc à voir. Elle dit qu’elle n’a pas peur !

Fevrier2012066Fevrier2012065

Myriam a fait un excellent travail pour les parasys ! Gédelant est transformé ce n’est plus le même petit garçon ! Il peut maintenant marcher normalement ! Affaire à suivre parce que dans le temps ça peut recommencer ! Je me suis ramassé aussi une parasy dans un doigt ! C’est la première fois que ça m’arrive !

Son intervention se passe le vendredi. Le samedi n’était pas adapté. J’ai demandé à Valéry de laisser sa classe à sa disposition dès qu’elle arrive ! Il semble que ses interventions n’étaient programmées que pour l’après-midi puisque l’école est prévue jusqu’à 11 heures le vendredi. Valéry peut prévoir des activités en extérieur dès que Myriam arrive afin qu’elle puisse avoir une journée complète ! Nous avons fait deux malles de médicaments : j’ai tout trié. Une malle pour les soins internes et une valise pour les soins externes… Le stock est maintenant assez important et ce n’était pas pratique pour Myriam. Je crois que ce serait bien que vous fassiez ensemble le point sur les antibiotiques Denis et Myriam.

 

LA LOGISTIQUE

1- Transport

Parallèlement, à ces problématiques de soins nous avons eu un différend avec Luc le chauffeur de Myriam… Il nous apparaît que le tarif exceptionnel qu’il pratiquait avec nous soit remis en question (120 000 ariarys par voyage carburant compris)… La nouvelle proposition serait de 150 000 ariarys sans le carburant ! Il faudrait donc compter 70 000 ariarys de plus par déplacement (soit 28 euros) ce qui fait annuellement une charge supplémentaire de 560 euros.

Cela nous demande de réfléchir au transfert de Fort-Dauphin à Lokaro. Un taxi-flotte de Fort-Dauphin à Evatra a été mis en place par Cielo Terra (ONG) : ça ne fonctionne pas pour le moment les populations riveraines refusent de payer les 1 000 ariarys demandés pour le trajet (+ 50 ariarys par kg de bagage)… Il reste de toute façon le trajet Evatra-Lokaro qui peut se faire à pied si l’on n’a pas de bagages. Nous avions pensé à la charrette-bœuf sur cette portion mais les « fadys » sur le travail des zébus dans cette région de l’Anosy sont puissants et nous sommes des « vazahas »…

Myriam nous a fait une proposition qui nous semble intéressante : former Valéry notre instituteur aux soins minima de santé en lui laissant à disposition une petite pharmacie. Il a l’air d’être intéressé. Il serait juste à mon avis de prendre en compte sa disponibilité et de le rémunérer en fonction de ce que cela peut représenter comme temps. Nous ne pouvons pas considérer nos enseignants disponibles pour tout ce que nous mettons en place en dehors de l’action éducative.

Une autre partie de notre intervention de santé a été de soigner les « bobos » nombreux et très infectés… Jean-Marie les a comptés lors d’une séance où il m’a remplacée (22 enfants dont certains avec plusieurs bobos). Nous avons largement utilisé le « vahona » (aloès) qui a bien fonctionné.

2 – Coordination des actions

• a - spiruline

spirulineNous nous étions arrêtés à Tananarive pour acheter de la spiruline auprès de l’association « Espoir pour un enfant ».

Notre tentative de faire avaler une cuillérée à café avec du sirop de grenadine n’a pas fonctionné… Cette association nous a donné un protocole : la cure doit durer 6 semaines, la spiruline accompagne le repas, les enfants sont pesés avant et après la cure. Nous avons donc abandonné le projet pour le moment. La spiruline est stockée et disponible dans la malle à pharmacie. Notre balance doit être arrivée chez le fournisseur et nous pourrons redémarrrer ce projet dès que possible si nous trouvons le moyen d’en faire un biscuit sucré..

• b - repas

Fevrier2012089Nous avons renouvelé l’expérience d’offrir un repas aux enfants. Il pleuvait à verse ce jour-là… Nous avons transformé les salles de classe en cantine scolaire avec des nappes en plastique sur les tables… Nous avons pris conscience des difficultés à surmonter avant de pouvoir penser à une cantine… Le repas n’était pas prêt à mi di, le service est long et compliqué, les enfants mangent très salement… Au menu : riz à gogo, haricots avec légumes et sauce tomate, sirop de grenadine pour tous. Leur plaisir n’était pas simulé ! Ils mangent tous de bon appétit des quantités qui nous paraissent incroyables ! Est-ce que cela se régulerait s’ils avaient un repas par jour ?

• c – goûter et toilette

30l de chocolat 

Nous avons utilisé les 20 euros que Denis et Véro avaient fait passer par Stéphanie selon son idée : nous avons offert un lait au chocolat ! Le succès ! Avec les quelques ariarys restants j’ai acheté du shampoing et nous avons refait une séance toilette : avec les filles aucun problème… avec les garçons l’organisation n’a pas fonctionné ! A revoir !

Myriam voudrait lancer une action brossage des dents… je lui laisse ce soin ! Je n’ai jamais osé démarrer ça bien qu’il y ait déjà sur place une cinquantaine de brosses et quelques tubes de dentifrice (apportés par Lyliane)… A suivre !

• d - plantations

Fevrier2012028 Fevrier2012026

En dehors de la santé j’ai pu faire un peu de travail au jardin avec quelques enfants : désherbage par arrachage des racines…ils pratiquent d’habitude soit en coupant, soit en brûlant… Nous avons commencé par l’espace que nous avons redéfini comme futur potager. L’espace qui avait été prévu précédemment a été planté en rizière et les enseignants pensent pouvoir  l’étendre jusqu’à la source si nous arrivons à résoudre l’intrusion des poules. Avec Jean-Louis nous avons fait une visite des arbres qui ont été plantés en mai 2011 lors du séjour de Laurent. Notre bonne surprise a été totale : de tous les arbres plantés près des maisons des enfants à Vatoroka un seul arbre est mort, tous les autres sont en bonne forme. Nous avons refait une deuxième visite avec Stéphanie en essayant de commencer une prise de notes sur chaque arbre. Les neems qui ont été plantés dans la cour de l’école ont eu moins de chance : 2 sur 6 ! La protection des jeunes plants doit être vraiment sérieuse pour parer aux jeux des enfants pendant les récréations. Nous avons replanté 4 arbres (letchis, bibasse à Vatoroka, corossol et cœur de bœuf à Lokaro). Nous avons aussi pris le temps de trier le tas de végétaux en 3 tas : herbes, feuilles de cocotier, autres branchages. Je laisse à Jean-Louis le soin de parler des autres activités liées à la nature qu’il a faites avec les enfants.

 

ENFIN FAIRE AUTRE CHOSE QUE SOIGNER !

J’ai aussi fait une activité classement-rangement de la bibliothèque : j’ai pris les enfants par groupe de 5 dont 3 grands et 2 petits de la classe de Valéry. Tous les livres et les jeux qui n’étaient pas rangés ont été identifiés et placés par reconnaissance de leur usage. Il faudra que je reprenne cette activité dans un prochain séjour afin de mettre sur les livres une marque de classement pour faciliter le rangement. Les enfants ont super bien participé et nous nous sommes régalés.. je n’ai pas eu le temps de faire la même activité avec les élèves de la classe de Patrice. Les plus grands sont en demande de dictionnaires malgache-français. J’ai personnellement trouvé que certains enfants font un effort pour parler français ! Je vais moi-même me renseigner sur une possible formation en FLE (français langue étrangère) afin de pouvoir orienter l’en seignement des maîtres que je ne trouve pas très adapté : Valéry travaillait pendant notre séjour sur la conjugaison des verbes en « oyer » et en « ayer » avec les CM1…

Jean-Louis a bien occupé le temps pluvieux que nous avons eu pendant ce séjour par des projections de films sur grand écran ! Un régal ! C’est lui-même qui va en faire le CR. Je l’ai assisté du mieux que j’ai pu jusqu’au 3 mars puisqu’il occupait tous les enfants ! Les maîtres ont apprécié les films ! Il est excellent dans son rapport aux enfants !

 

LA COOPERATIVE DE TISSAGE 

Une dernière chose : le lancement du travail de tissage pour l’exportation. Au départ une idée que j’ai eue pour la vente des colliers e t des bracelets de Patricia Bonneville notre amie de Paris à laquelle elle a adhéré. J’ai cru bon de solliciter les femmes, maman des élèves de l’école… comme à chaque fois la relation avec les adultes s’est avérée source d’incompréhension… elles m’ont dit pouvoir tresser une pochette par jour. Elles étaient 10 et cela se passait 1 semaine avant notre départ. Je me suis donc engagée à leur acheter toute leur production jusqu’à mon départ ! Nous n’avons pas compté exactement le nombre de pochettes tressées (j’ai laissé ce soin aux élèves) mais je suis sûre qu’il n’y en a pas loin de mille ! En fait elles en font une dizaine par jour ! J’ai donc réussi à me sortir d’affaire en leur en prenant 10 à chacune et à m’engager à leur payer au fur et à mesure de mes visites les pochettes en stock ! Ouf ! De toute façon si nous envisageons de les faire travailler pour l’exportation il faudra redéfinir nos demandes et nos besoins et trouver une solution pour le transport ! Pas si simple que ça en a l’air de créer une activité économique, bien que je pense que ce soit une bonne solution quand je vois comment elles se sont précipitées sur l’ouvrage ! J’ai demandé à Valéry de faire un cartable et une pochette format A4 à ramener par Stéphanie. C’est dans leurs cordes mais nous devons être exigeants sur la qualité !

 

L’OUVERTURE SUR LE MONDE

Fevrier2012035Les jeux des enfants de l’école de Baudrières ont été transmis. Jean-Marie a fait des photos. Ces jeux ont un grand succès ! Je les ai sortis pendant la grande récréation de midi à leur demande : surtout le loto sur les animaux ! 

 J’ai transmis aux enseignants les différents courriers qui ont été lus aux enfants. Je leur ai également transmis le projet d’échange culturel… Ils ont l’air d’être partants ! J’ai ouvert une boîte postale à l’adresse de Zanaky Lokaro (262) : il ne reste plus qu’à poser la serrure… La poste de Fort-Dauphin loue les BP sans les serrures. La personne responsable n’était pas là donc j’ai confié ce soin à Stéphanie et à Raymonde !

Nous avons beaucoup discuté avec Stéphanie et nous sommes arrivés à la conclusion que chaque projet doit être le plus autonome possible afin de ne pas alourdir les « tâches » de ceux qui viennent… Je trouve, personnellement, plus intéressant que les échanges de courriers entre les enfants se passent par la poste : ceux de Lokaro auront ainsi la connaissance du comment leurs lettres arrivent jusqu’aux enfants de France et ceux de France auront la mesure du temps de communication qui n’est pas seulement un clic sur l’ordinateur ! Ce qui n’empêche pas que nous profitions de temps en temps des visites des uns et des autres… 

 

VERS L’AVENIR ET LA PERENNITE

Jean-Marie a posé le problème du suivi de l’action sur place et il pense qu’il serait vraiment urgent de trouver une personne de confiance qui serait le trait d’union entre nous et l’école. Cette personne s’occuperait de toute la partie administrative et gestion sur place, aurait accès aux comptes et la signature et serait notre organe de contrôle sur la présence et la pédagogie pratiquée en classe.. Nous avons pensé à notre ami Thiam de Tananarive que Cécile a rencontré lors de son escale à Tananarive. Nous l’avons également présenté à Jean-Louis. Il enseigne actuellement au niveau collège chez les luthériens, il a été responsable de la gestion d’une petite structure hôtelière près de l’aéroport, c’est là que nous l’avons connu. Nous ne le connaissons pas dans l’action… Nous ne savons de lui que ce qu’il nous dit. L’idée serait de l’emmener avec nous lors de notre séjour d’août-septembre prochain afin de ne pas entraver son emploi actuel et de lui montrer ce que nous faisons… Il est informé par ce que je lui en dis lorsque nous nous rencontrons à Tana quand je fais des escales. Il faudrait évidemment mett re des « garde-fous » au niveau de l’argent… Nous constatons à chaque fois que la gestion honnête de l’argent est assez absente de la culture malgache ! Sans leur jeter la pierre puisque chez nous aussi ça devient rare ! Je dois lui communiquer par mail ce que nous attendons de lui.

Nous avons commandé chez Lucien notre menuisier tout ce qu’il faut pour finir le plancher de la mezzanine et en faire une classe ! Un chantier à prévoir pour août-septembre-octobre pour ceux qui sont disponibles !

Nous avons passé beaucoup de temps à comprendre pourquoi l’argent du parrainage de Bienvenu était sorti de notre compte et n’était arrivé nulle part : pas de sous sur le compte du père à la Fivoy… Il semble que cette banque de micro-crédit soit une bande d’escrocs… Nous envisageons de changer d’établissement : les enseignants ont aussi leur compte dans cette boîte !

Le séjour d’Eric et Noëlle qui était prévu du 25 mars au 17 avril est annulé. La maman d’Eric est décédée il y a une quinzaine de jours et il n’est pas en forme ! Il ne se sent pas d’aller là-bas maintenant. Stéphanie a, je crois , super bien commencé son séjour. Nous sommes allés à Lokaro avec elle du dimanche 11 mars au mercredi 14 mars. Jeudi elle avait déjà eu un entretien avec le responsable de l’ONG La Croix du Sud. Vendredi lors de notre départ elle est passée en coup de vent à l’aéroport.. son « patron » avait un colis à récupérer et elle l’accompagnait pour aller visiter les pépinières. Elle a commencé à définir le projet avec les 2 enseignants : poursuivre ce qui a été commencé, plantation d’arbres et de pare-vent ainsi que des bois de chauffe éventuellement…

J’ai revu Azafady pour le creusement d’un autre puits dans la cour de l’école… ce qui serait nettement plus pratique pour une action sanitaire. Ils vont le programmer et normalement les creusements se passent à partir de juin lorsque les pluies ont cessé.

Nous avons ré-installé le panneau solaire à l’usage des enseignants. Cette fois-ci chez Valéry afin qu’il expérimente aussi la responsabilité que cela représente. Ils sont contents !

 

Pour parler de plus d’intime ! Les enfants malgré les fièvres sont super ! Nos relations avec eux deviennent de plus en plus amicales et ils se souviennent des gens qui passent… Ils sont touchés par notre constance et sont si heureux de faire des choses avec nous ! Jean-Marie a fait des ateliers crêpes avec les plus grands ! Quel succès ! Quel régal ! Nous avons à cette occasion testé un nouveau four à bois économique que nous a vendu l’association des amis de Oissel dont Raymonde fait partie : très bien et très économique. Je l’ai laissé à la disposition de Valéry pour qu’il continue l’expérimentation !

Notre vie ensemble avec Jean-Marie et Jean-Louis a aussi très bien fonctionné ! Jean-Louis a occupé la mezzanine comme un pacha ! Nous nous sommes offert le Hilton 5 que nous avons commencé à redresser (non terminé)  à poursuivre ! Jean-Louis est un super compagnon très drôle et très cool ! Il ne perd jamais son calme !  On a bien rigolé malgré les drames qui se vivaient près de nous. Jean-Marie a aussi été un très bon compagnon même si le matériel lui pose pas mal de problèmes ! 

J’ai apprécié Valéry encore cette fois ! Il s’engage fort auprès de nous ! Il ne ménage pas sa peine et son temps ! Patrice a plus de difficulté pour une relation simple et amicale avec nous.

Raymonde a été une hôtesse vraiment adorable !  Nous avons pris presque tous nos repas ensemble lors de nos passages à Fort-Dauphin ! Elle nous a dépatouillé pas mal de petits problèmes ! Elle sait à qui il faut demander ! Stéphanie est entre de bonnes mains puisqu’il semble qu’elle va occuper les lieux pendant son séjour… sauf peut-être quelques soirs par semaine où elle restera sur le lieu de son travail quand c’est très tard ! Elle cherchait un vélo !

Je suis rentrée avec un « gros bobo » au pied ! J’espère que ça va vite guérir maintenant que je suis dans le propre !

Merci à Jean-Marie et à Jean-Louis de m’avoir permis de vivre ces expériences difficiles avec la légèreté  dont sont capables nos compagnons « les hommes » et qui me manque parfois lorsque mes émotions sont à fleur de peau !

 

 Anne-Marie MIGNET

 

2/SEJOUR A LOKARO DU 15 février au 3 mars 2012

 

Par Jean-Louis RENAUD

 

Notre séjour à Madagascar a débuté par une escale à Tananarive (après un retard de 3 heures pour ne pas changer les habitudes d’Air Mad), pour récupérer une livraison de spiruline auprès de l’association « Espoir pour un enfant » afin de continuer le traitement des enfants contre le déséquilibre alimentaire. Afin d’avoir une autre vision du fonctionnement associatif, nous sommes allés visiter le village du Père Pedro. Rencontre également avec Thiam, un ami de Jean-Marie et Anne-Marie actuellement professeur d’anglais/français qui serait intéressé pour travailler avec nous…

Arrivés à Fort-Dauphin au début du week-end nous avons eu besoin de 3 jours pour organiser :

- les différents achats de  nourriture pour notre séjour à Lokaro,

- l’achat de plantes à la pépinière de la Cascade,

- la mise au point des différents problèmes techniques liés au vidéo-projecteur.

Départ le mardi pour Lokaro après chargement du 4x4… nous nous arrêtons à Mandromodromotra pour l’achat du charbon de bois (pratique et moins cher). Nous arrivons au village après plusieurs traversées en pirogue pour le convoyage du matériel. Jean-Marie et Anne-Marie s’installent au « hilton 5 » et moi dans la mezzanine de l’école.

Les principaux axes de cette mission ont été :

Fevrier2012059Fevrier2012030 

Fevrier2012074Fevrier2012034Fevrier2012042Fevrier2012081

 

en continuité de la mission d’octobre, l’élaboration d’un herbier de la flore locale à l’aide de l’ouvrage que Véronique avait laissé dans la bibliothèque de l’école et de la collaboration des enfants ;

- la plantation de 4 arbres fruitiers (letchi, corossol, cœur de bœuf, bibasse).. 3 parrains par arbre vont s’occuper de l’entretien. Nous les protégeons avec des « gaulettes »… Le cœur de bœuf et le corossol ont ét é plantés autour de l’école, le letchi et le bibasse chez Fulgence et Rollande à Vatoroka ;

-   le travail en classe à l’aide de films pédagogiques « monde et nature » sur les insectes, les 5 sens et l’appareil digestif. J’ai laissé des documents pédagogiques à Patrice et Valéry afin qu’ils puissent continuer à travailler sur ces thèmes par la suite ;

- tri du compost en 3 compartiments pour une meilleure décomposition et utilisation ;

 - nous avons également convié tous les habitants des villages pour une projection en extérieur du film « Océans » sur les fonds marins … malheureusement, nous avons eu des problèmes techniques avec l’image (l’humidité était très importante) et la soirée fut un grand « flop » !

 Le dernier jour de ma présence à Lokaro nous avions prévu une journée festive :

-  projection le matin

-  repas offert

-   après-midi sur la plage

La pluie battante nous a quand même permis la projection de films dans l’école malgré les fuites provoquées par le vent au niveau de la faîtière. Tout le monde a bien affronté cette tempête avec « Nemo » et « Charlot et sa révolution industrielle ».

Fevrier2012084Le repas a été assuré comme d’habitude par 2 mamans : les classes sont transformées en cantine pour l’occasion ! Malheureusement l’après-midi (natation, animations récréatives sur la plage) a été annulée « faute de cyclone qui rôde ». 

Les enfants, par leur regard  brillant et leur bonne humeur m’ont comblé de bonheur… Pendant ce séjour beaucoup d’entre eux ont été malades, de la fièvre très souvent due à la malaria.

J’ai pu noter une très bonne entente de notre équipe de 3, ce qui me donne bien sûr l’envie de repartir. Depuis le début le travail réalisé par l’association est énorme mais il est long de mettre en place « les bonnes habitudes » pour que l’école devienne autonome au fil du temps…

Et le jour « J » de mon départ est arrivé… Le 4x4 ne peut pas prendre la route, je rentre à pied en compagnie de Valéry et de Patrice sous une pluie battante… heureusement le vent dans le dos… le cyclone rôde toujours… ça y est nous sommes arrivés !

JEAN-LOUIS RENAUD

 


3/TÉMOIGNAGE DE JEAN-MARIE

Sur la mission de février-mars 2012 à l’école-oasis de Lokaro

Depuis 3 ans que je n’étais pas ve nu à Lokaro, je trouve que les « choses » ont bien évoluées (restons réalistes) sous l’impulsion de l’Association Zanaky Lokaro. L’aide de ses membres et de ses sympatisants-donateurs permet de concrétiser ce rêve que je qualifie aujourd’hui de fou ! Oui rêve de deux vieux fous (Anne-Marie et moi) qui en rencontrent un 3ème de leur âge (Monsieur Jean Mbola) assez fou, lui aussi, pour demander une école, afin que ses enfants et petits-enfants ne soient pas ignorants comme lui et qu’ils sachent lire et écrire….

Ainsi donc, comment un vieil homme de son âge pouvait-il imaginer une toilette sèche ?

mada-novembre-2008-148-copie-2.jpgmada-novembre-2008-150.jpgmada-novembre-2008-154.jpg

(ici la toilette sèche qui fonctionne toute seule quand on s’en sert…)

Je m’étais mis en tête que Gandhi, n’ayant pas réussi en Inde à imposer des WC, l’incroyable entreprise dans laquelle se lançait l’association, avec Anna et Anne-Marie sur le terrain, méritait au moins d’être totalement dans notre objectif premier : l’éducation des enfants. Les enfants sont toujours prêts à apprendre… tout !

Début 2009 la toilette sèche était terminée (voir diaporama)

En ce début 2012, quelle surprise agréable de voir TOUS les enfants se rendre à la toilette, même en-dehors des heures de classe, et pa rticulièrement ceux du petit village de Lokaro qui les utilisent de manière quotidienne aujourd’hui…

Le plus incroyable, c’est que ce sont les usagers eux-mêmes qui s’occupent maintenant du « curage ».

Hilton5

Voilà ce que j’ai vu comme progrès sur le plan le plus bassement matériel depuis mon poste d’observation le « hilton 5 ».

Sur le plan de la santé de la population de la presqu’île, le problème est plus grave et certainement pas unique dans le monde. En France, une ONG lance aujourd’hui une campagne d’aide aux gens les plus retirés des campagnes afin qu’ils puissent accéder aux soins médicaux..  (Je  viens de cotiser au Secours Populaire Français !!!)

Fevrier2012067

A Lokaro, le docteur Myriam vient tous les 15 jours prendre soin des enfants de l’école, dans le cadre de l’association Zanaky Lokaro. Elle a été émue par l’immense travail à faire sur le plan de l’éducation à l’hygiène, première règle de bonne santé. J’ai personnellement soigné, tous les jours des enfants pour bobos très infectés… jusqu’à 22 en une matinée, à l’école et au hilton 5 en attendant qu’une véritable infirmerie fonctionne tous les jours si l’on veut vraiment s’occuper de la santé de tous sans distinction.

Bétadine elle est divine Km de pansements 

Le paludisme fait des ravages chez les enfants. 

Sur le plan de la pédagogie proprement dite, nous avons un peu réfléchi « sur le tas » avec les enseignants… (ils ont toute notre estime pour ce qu’ils font). Nous allons soumettre des propositions lors des prochaines rencontres entre les membres. C’est essentiel que toutes les décisions importantes soient soumises à l’avis des membres participants de l’association Zanaky Lokaro.

Pour finir, je dirais que ce séjour m’a été le plus difficile depuis 2006, peut-être parce qu’en 3 ans d’absence j’avais oublié l’insupportable réalité de la misère au quotidien.

Mon seul bonheur dans cette entreprise c’est le sourire des enfants et leur soif d’apprendre.

Quand je prête quelque chose, il m’est rendu 10 fois. Quand je donne, il m’est rendu 100 fois ! Mon expérience personnelle quotidienne depuis de nombreuses années, m’a montré que c’est une réalité et pas seulement une belle parabole !

Merci à Anne-Marie, toujours à la hauteur de la tâche, et à Jean-Louis pour « les choses » nouvelles qu’il nous a apportées : du cinéma GRAND ECRAN entre autres !

« Quand tu feras quelque chose, tu auras contre toi ceux qui voulaient faire la même chose, mais aussi ceux qui voulaient faire le contraire… et l’immense majorité de ceux qui ne font jamais rien » (Confucius)

 

JEAN-MARIE WISNIOWICKI 

Publié dans Missions 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article